n°45-46 – 2013 – 01

« Mobilité » : la dynamique d’une doxa néolibérale

Simon Borja, Guillaume Courty & Thierry Ramadier

La « mobilité » ne va plus, depuis qu’elle est inscrite dans le « dictionnaire des idées reçues » de la pensée néolibérale, sans un impressionnant cortège d’injonctions (« soyez mobiles »), d’incantations (« Si vous alliez (ici ou là), vous…») ou de déplorations (« Ah s’il-s étai-en-t mobiles, ils… »). Dans le dernier lexique en vigueur, elle s’énonce, se décline, s’ajoute ou résonne aux côtés de la fluidité, de la créativité, de « solutions adaptées », des projets quand il ne s’agit pas de liberté, d’autonomie, d’épanouissement ou de dynamisme personnel-s. « La » mobilité accompagne et connote ainsi toute expression de mouvement, que cette dernière concerne des biens (ie : moyens de transports collectifs ou individuels), des personnes (ie : étudiants, salariés), des compétences (ie : agilité, ouverture d’esprit), des idées (ie : politiques, scientifiques) ou des informations (ie : média, avoir un « mobile », être en réseaux).

RS45-46_2013_Borja-Courty-Ramadier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *